Accueil > Actualité > Il y a 70 ans les femmes votaient pour la première fois ....

Il y a 70 ans les femmes votaient pour la première fois ....

Publié le 01/05/2015 à 09:41

INSTAURATION DU DROIT DE VOTE DES FEMMES : quelques dates

 

1869 État du Wyoming usa - 1893  Nouvelle-Zélande – 1902 Australie - 1906 Finlande - 1913 Norvège  - 1915 Danemark, Islande - 1918 Allemagne, Autriche, Canada, Federation de Russie, Estonie, Lettonie, Pologne - 1919 Pays-Bas, Luxembourg, Ukraine– 1920 Etats Unis, Albanie, République Tchèque– 1921  Suède, Azerbaidjan –1926 Liban – 1928 Irlande, Royaume Uni- 1931 Espagne, Chili - 1934 Turquie –1935 Les Philippines – 1938 Roumanie - 1944 France, Bulgarie - 1945  Hongrie, Indonesie, Italie, Japon, Portugal, Japon.– 1947 Argentine, Venezuela, Bulgarie, Yougoslavie. – 1948Belgique, Israël, Corée du Sud, Niger – 1949 Chili, Chine - 1952  Grèce, Cote d’Ivoire, Liban, Bolivie – 1959 Madagasca,Tanzanie,  Tunisie – 1962 Monaco, Algérie, Ouganda, Zambie – 1963  Iran, Afghanistan, Kenia, Maroc, Fidji– 1971 Suisse – 1974 Portugal – 1994 Afrique du Sud pour les femmes noires  - 1999 Qatar - 2002 Barhein - 2005  Koweit - 2006  Emirats Arabes Unis - 2011 Arabie Saoudite.

 

QUE FAIT LE SOROPTIMIST FRANCE ?

 

Si l’acquisition du droit de vote et d’éligibilité des femmes a marqué leur accès à la citoyenneté politique, si le principe de l’égalité des droits est acquis dans tous les domaines, il n’en est pas moins que, dans les faits, une véritable parité reste encore à construire. Pour preuve le bilan contradictoire des récentes élections départementales : parfaite parité dans les binômes élus mais 92 hommes à la tête des conseils départementaux et seulement 8 femmes …

Les femmes demeurent sous-représentées dans certaines instances, dès lors qu’il s’agit de responsabilités majeures.

Grâce à leur travail de terrain local, national et international, les Soroptimist ont une connaissance et une compréhension des problématiques à tous les niveaux de la société. Leur statut d’ONG et leurs multiples représentations au sein de différentes agences de l’ONU leur permettent de participer activement à l’élaboration de recommandations auprès des gouvernements pour accélérer la mise en œuvre de plus d’égalité.

C’est ainsi qu’en mars dernier lors de  la 59ème session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies sur l’application du Programme d’action de Beijing adopté il y a  20 ans,  la voix de Soroptimist International d’Europe s’est fait entendre et  a pressé les États membres des Nations Unies « de  S’ENGAGER en faveur du Programme d’action de Beijing, d’ACCÉLÉRER sa mise en œuvre et d’INVESTIR pour les droits des femmes ! » Car comme l’a déclaré Ulla Madsen, présidente du SIE, « Les femmes ne peuvent pas attendre encore 20 ans ! » 

Dans son rapport de synthèse  sur l’examen et l’évaluation de ce Programme, Phumzile Mlambo-Ngcuka, Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Directrice exécutive d’ONU Femmes, appelle à une prise de conscience :« Le défi le plus urgent qui définira ce siècle consiste en la création d’un monde caractérisé par plus d’égalité des sexes pour les générations futures. L’égalité des sexes et la réalisation des droits fondamentaux des femmes et des filles sont des aspects fondamentaux de la réalisation des droits de l’homme, de la paix, de la sécurité et du développement durable, et doivent occuper une place de premier plan dans le programme de développement pour l’après-2015 »

Dans cette perspective, pour que les femmes et les filles vivent dans de bonnes conditions et réalisent leur potentiel, pour qu’elles puissent exercer leur choix, pour que soit atteint l’objectif d’égalité entre les femmes et les hommes, le Soroptimist France poursuit son travail, via ses 121 clubs. Par ses projets, il sensibilise, il éduque, il est là où il y a des besoins,  il EST  « une voix universelle pour les femmes. »

 

Retour à l'accueil